Auteur : Simone Wapler

L’Europe que nous voulons

L’Europe présente aujourd’hui deux visages. Il y a l’Europe du libre échange. Qui se plaindra de la disparition des barrières douanières entre pays européens, de pouvoir acheter sa voiture en Espagne ou en Allemagne, de l’ouverture des télécommunications et de la fin du monopole des PTT, de l’ouverture de l’espace aérien et de la création des compagnies low cost , des étudiants Erasmus ? Et puis il y a l’Europe des normes, règlementations, barrières à l’entrée, du lobbyisme. L’Europe de la politique agricole commune, de la « jachère cultivée », des quotas.  L’Europe de l’alignement de la fiscalité par le haut. Le ML2D veut plus de la première Europe et souhaite s’opposer fermement à la seconde. La mesure phare du ML2D, le versement

Continuer la lecture

Réclamez ce que vous valez vraiment !

Le salaire complet une proposition concrète pour : Regagner en pouvoir d’achat sans déficit, dette ou impôt supplémentaires Respecter les traités internationaux que notre pays a signés Le salaire complet, c’est ce que vous valez vraiment. Pour acheter votre travail votre employeur paie votre salaire, des charges sociales dites patronales et salariales. Ces charges paient vos assurances maladie, accident du travail, veuvage, chômage et vieillesse (retraite). Vous n’avez aucun contrôle sur ces sommes qui sont versées à des organismes étatiques en situation de monopole. Lorsque vous recevez un salaire ou une prime nette de 1 000 €, votre entreprise débourse en moyenne 820 € de charges patronales et salariales (1). Le montant des charges salariales représente 28% du salaire net. Le

Continuer la lecture

Réclamez le bon d’éducation !

Le bon d’éducation (ou bon scolaire) est une proposition concrète pour : En finir avec la carte scolaire Retrouver un enseignement de qualité La qualité de l’enseignement en France ne cesse de se dégrader selon le classement international PISA établi par l’OCDE. Nous figurons actuellement à la 27ème place de ce classement. Plus grave, peut-être, les écarts entre les élèves dont le statut économique, social et culturel des parents est élevé (le quart le plus favorisé) et ceux dont il est faible (le quart le moins favorisé) est gigantesque (2). Ce n’est pas une question de moyens. Nous avons proportionnellement au nombre d’élèves plus d’enseignants, de personnel administratif et d’encadrement que l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Nous consacrons 5,3% de notre PIB

Continuer la lecture