Articles

Les dernières nouvelles

Une juste politique de logement social

U La politique des logements sociaux en France est coûteuse et injuste. Elle ne profite pas aux plus démunis et freine l’investissement. ML2D souhaite instaurer une formule de location-vente qui a déjà fait ses preuves au Canada. Seuls 64% des Français sont propriétaires de leur logement contre 70 % en moyenne dans l’Union Européenne. 40 % des logements sociaux construits en Europe le sont en France alors que nous ne représentons que 13 % de la population de l’UE. 18 % des Français vit en logement social contre 4 % en Allemagne. Les anciens pays communistes comptent beaucoup plus de propriétaires car leurs citoyens ont expérimentés le socialisme réel et savent désormais que la propriété privée est un rempart pour se protéger de l’arbitraire étatique :

Continuer la lecture

La réponse de ML2D à la réforme des retraites prévue par le gouvernement et LREM

La future réforme des retraites est incohérente et présentée de façon mensongère. Sous prétexte d’égalitarisme entre retraités, elle va augmenter les charges des actifs et les impôts. Rappelons qu’avec le régime français de la répartition, ceux qui travaillent cotisent pour ceux qui sont à la retraite. Il y a trois variables dans ce système : la durée de cotisation, le montant des cotisations, le montant des pensions. Il y a trois points dans la réforme qui devrait être votée cet été : Pas de modification d’âge, ni de niveau de pensions. Les cotisations devront donc être relevées, c’est évident. Toutefois, on parle d’une décote pour ceux qui partiraient entre 62 ans et 64 ans, âge de départ auquel les régimes du secteur

Continuer la lecture

Les inquiétudes prémonitoires d’Alexis de Tocqueville Pourquoi ML2D permet d’éviter le « despotisme doux »

Alexis de Tocqueville était sans doute la personne la plus perspicace dans la compréhension de la nature de la démocratie et de la manière dont la liberté a dérivé vers l’égalité. Tocqueville soulignait les bonnes choses apportées par la démocratie mais avait de grandes inquiétudes quant à son évolution probable. Il pensait qu’elle aurait tendance à évoluer vers un « despotisme doux ». C’est un despotisme différent des anciens despotismes, une version plus douce et plus souple mais tout aussi liberticide. C’est un despotisme qui ne tyrannise pas les hommes mais les retreints, qui n’interdit pas mais qui gêne, qui empêche, qui limite. Il décrivait le despotisme doux comme une multitude d’individus de toute sorte (société multiculturelle ?) tout occupés à des plaisirs

Continuer la lecture

« Les bonnes recettes de l’étranger »

S’aligner sur les meilleures pratiques est une des clés du succès mais c’est une règle que méprisent superbement nos politiciens. Le message « pour sortir de l’ornière, inspirons-nous de ce qui marche à l’étranger »  commence à revenir un peu plus souvent dans les grands médias, même si pour le moment, ce message n’inspire aucun grand parti politique. Ne désespérons donc pas : le bon sens devrait commencer à se frayer un  passage dans l’opinion. Pourquoi continuer à faire confiance à des politiciens en état d’échec depuis plus de 40 ans, à des représentants qui nous trahissent et ne se préoccupent que de clientélisme ? Dans Le Figaro du 28 mars 2019 à propos du chômage : « Les bonnes recettes appliquées à l’étranger

Continuer la lecture

Le pouvoir d’achat vient de la liberté, pas des impôts

Les Gilets Jaunes sont désormais revenus au vieux poncif de « lutte des classes ». Les destructions de propriétés privées (ou publiques) ne seraient que l’expression de leur légitime révolte face à l’oppression et la spoliation. La lutte des classes est un terrain de jeu familier des professionnels de la politique qui réfléchissent donc à comment taxer les « zézés » (on ne dit plus les riches). Cette nouvelle classe englobe les riches et les moins riches, soit 20% de la population. Tout un arsenal fiscal est actuellement débattu visant ces « zézés » afin qu’ils expient leurs crimes, le châtiment fiscal étant supposé calmer les Gilets Jaunes. Emmanuel Macron s’est dit prêt à revoir sa position sur l’ISF et la taxe d’habitation sera désormais réservée

Continuer la lecture

Le faux problème des inégalités et la vraie question de la pauvreté

Grâce aux « gilets jaunes » et à une note du Trésor public, nous savons que 80% de nos impôts ne servent pas à financer les fonctions régaliennes, légitimes, de l’État. En réalité 80% de nos impôts servent à financer des « projets de société ». Un « projet de société » consiste à vouloir transformer la société telle qu’elle existe pour que les gens se conforment à une vision, un but assigné par les porteurs dudit projet. Ces derniers  sont persuadés qu’ils savent mieux que tout le monde ce qui est bon pour tout le monde. Tout va bien lorsque le projet est clairement annoncé mais de plus en plus, ce n’est pas le cas. Les gens ordinaires ne sont pas clairement mis au courant

Continuer la lecture

Message de ML2D aux minorités

Les sociaux-démocrates se fichent du racisme. Les sociaux-démocrates se moquent de l’antisémitisme. Les sociaux-démocrates se fichent de l’homophobie. Ce qui les intéresse c’est de transformer en arme politique les souvenirs douloureux des minorités afin d’étiqueter leurs opposants et de les pourchasser. Les sociaux-démocrates se fichent des noirs. Les sociaux démocrates se fichent du peuple juif. Les sociaux-démocrates se fichent des maghrébins. Ils nous utilisent tous comme boucliers humains pour pouvoir s’en prendre à leurs adversaires en leur collant des étiquettes (raciste, antisémite, islamophobes…). Les sociaux-démocrates ne feront rien pour diminuer la pauvreté ou abaisser le taux de chômage des minorités. Les sociaux-démocrates ont besoin que les minorités aient besoin d’eux ! En fait nous avons atteint un point ou la demande

Continuer la lecture

lettre aux agriculteurs de ML2D

Actuellement, le poids des charges et de la fiscalité, couplée à la complexité des normes et à la perte de temps et d’énergie que représente la paperasse administrative, détruit la rentabilité des exploitations agricoles françaises. Les subventions deviennent alors nécessaires pour survivre. Mais il faut bien comprendre que c’est parce que l’État vous prend beaucoup en impôts, taxes et temps, que beaucoup d’exploitants agricoles sont à genoux. L’État rend alors une petite partie de ce qu’il vous a pris ! À condition de bien lui obéir… Seules certaines grosses exploitations de type « industrielles » sont vraiment profitables dans le système actuel car elles sont conçues pour aspirer un maximum de subventions, les économies d’échelle leur permettant de réduire au minimum leurs charges

Continuer la lecture

en Nouvelle-Zélande, les agriculteurs ne veulent pas de subventions

A L’arrêt des subventions à l’agriculture en Nouvelle-Zélande a donné naissance à une économie rurale dynamique, diversifiée et croissante, et a discrédité le mythe selon lequel l’agriculture ne peut vivre sans subvention. Tous les cinq ans environ, les membres du Congrès issus des milieux ruraux font équipe pour faire accepter une coûteuse extension de la politique agricole. Ils remettent le couvert cette année. Le Sénat a récemment fait passer une loi garantissant des milliards de dollars de subventions aux exploitations agricoles, et la Chambre des représentants en a fait de même. Le projet de Farm Bills est du lobbying. Les politiciens n’ont jamais expliqué pourquoi l’agriculture américaine a besoin d’être dorlotée par le gouvernement. Les membres du Congrès sont plus

Continuer la lecture

Réclamez un seul impôt : l’impôt proportionnel

Réclamez un seul impôt : l’impôt proportionnel L’impôt proportionnel est lisible efficace plébiscité équitable Il devient urgent que la fiscalité baisse en France. Les Français sont les plus taxés du monde développé alors que les performances économiques de notre pays baissent et que le chômage y est bien supérieur à celui qui sévit dans les pays voisins (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, …). L’Etat contrôle plus de 56% de l’économie et en moyenne 47% de nos revenus passent en impôts. Les revenus du travail sont frappés d’un impôt dit progressif. Rétablir un impôt proportionnel et plafonné rendrait la fiscalité plus efficace, plus lisible, plus juste. Efficace Chacun est incité à aller jusqu’au bout de son potentiel et à travailler sans avoir peur d’une

Continuer la lecture